Mobilité européenne, pour élargir ses horizons

Pourquoi faire un échange européen ?

Partir à l’étranger permet de :

  • Développer des compétences linguistiques,
  • Enrichir ses méthodes de travail, et son réseau

Ces échanges peuvent permettre d’enrichir votre CV en valorisant votre expérience auprès d’employeurs.

Pour qui ?

Les profils concernés :

La mobilité s’adresse le plus souvent aux élèves et apprentis en bac pro ou BTS mais aussi en licence professionnelle et à certains élèves ingénieurs.

Quels types d’échanges ?

Échanges de groupe

Ces échanges se font avec une partie de votre classe, généralement accompagnée par un formateur/enseignant de votre établissement. Il existe deux formes d’échanges de groupes :

  • Les mobilités dites « classiques » qui durent 3 semaines minimum et qui vous permet d’accueillir en retour.
  • Les « Classes Europe », proposées par le CFI, est un parcours de formation intégrant plusieurs séjours de 3 semaines à l’étranger (cours en anglais, modules de formation à l’étranger). Consultez la vidéo de la Classe Europe du CFI.

Échanges individuels

Certains dispositifs (régionaux par exemple) permettent de partir seul à l’étranger, en général au sein d’une entreprise

  • Eurostart, initié par le Conseil régional d’Ile-de-France et décliné par l’ANFA, concerne les apprentis, pour un échange de 6 mois.
  • Les apprentis ingénieurs partent en entreprise à l’international pour 4 à 6 semaines

Comment ?

Le projet de mobilité doit être préparé avec l’établissement. Selon les projets, il existe différents financements possibles. Les équipes de l’ANFA peuvent accompagner les organismes de formation dans la mise en œuvre de leur projet, contactez nous.

Témoignages :

Echange de groupe :

Marc - 3 semaines en Allemagne.

  • BTS Après-vente automobile 
  • L’Institut des métiers de Clermont-Ferrand

"Au-delà de l’échange scolaire, nous avons fait un stage d’observation dans une entreprise d’entretien des véhicules des travaux publics, essentiellement spécialisée en poids lourds. 
J’ai ainsi pu acquérir des connaissances liées à l’hydraulique et au pneumatique. De même, j’ai identifié de nouvelles méthodes de travail. D’un point de vue personnel, cet échange était également très enrichissant : j’ai pu découvrir une langue, une culture, une autre façon de vivre. Un échange qui permet une ouverture d’esprit et que je renouvellerai avec grand plaisir !"

 

Classe Europe

David - 3 semaines en Espagne et 3 semaines en Suède 

  • BTS Maintenance et après-vente automobile, option Véhicules industriels 
  • CFI Orly

" Avant chaque échange, j’ai été accompagné par l’équipe pédagogique sur la pratique de l’anglais technique lié à l’automobile et à la maintenance.
Chaque échange a duré 3 semaines, dont une en entreprise. En Espagne, j’ai développé mes compétences en autonomie et anglais technique. J’étais encadré par un technicien indien avec qui j’échangeais en anglais, en toute confiance : il me donnait les consignes et les repères de montage et j’exécutais. En Suède, j’ai pu découvrir de nouvelles méthodes de fonctionnement, marquées par une forte cohésion : quand la réparation d’un véhicule n’avance pas, le problème d’un technicien devient le problème du groupe, l’entraide est le maître-mot pour résoudre la panne et s’améliorer.
Ces échanges ont contribué à mon ouverture d’esprit et à mon appétence pour découvrir d’autres cultures. J’ai acquis davantage confiance en moi. Nos différences sociales et d’origines ont été gommées par le travail, les ateliers en groupe et l’immersion dans une nouvelle culture. "

DIMA 

Frédéric -  1 mois en Ecosse

  • Ingénieur en maintenance de véhicules 
  • CNAM-GARAC Ecole nationale des Professions de l’Automobile

" Cette immersion m’a permis à la fois d’améliorer mon anglais technique et d’enrichir mon expérience professionnelle. J’ai activement participé aux tâches des services ingénierie, production et assistance. Du coup, j’ai pu développer mes connaissances en méthodologie, process qualité, management, formation des salariés, mais aussi mes connaissances liées au secteur et aux produits, dont on assure ensuite la maintenance en SAV. Enfin, j’ai pu comparer les méthodes d’organisation et les outillages utilisés dans un autre pays européen : les plus novateurs pourront être appliqués en France ! Ce type de projet renforce autonomie, confiance en soi et discernement. "